Autant en Emporte le Vent et la Cause Perdue du Sud

Dans la foulée des interrogations légitimes sur la place de l’héritage sudiste au sein de la culture américaine, le film Autant en Emporte le Vent, réalisé en 1939 par Victor Fleming a été ces dernières semaines au cœur d’une polémique quant à son retrait de la plateforme HBO Max. Le long-métrage, tout comme le roman qu’il adapte, pose la question de la place de l’idéologie de la Cause Perdue dans l’historiographie de la guerre de Sécession.

Une œuvre majeure et polémique représentant la nostalgie Sudiste

Dans un billet, déjà ancien, j’évoque la place controversé de la guerre de Sécession dans la mémoire américaine. Ces enjeux mémoriels sont plus que d’actualité alors qu’une contestation sans précédents des inégalités raciales aux Etats-Unis à vue le jour. L’un des symboles de cette prise de conscience, est l’œuvre phare du cinéma américain des années 30, Autant en Emporte le Vent. Alors que le film était présenté sur la plateforme de streaming HBO Max, la Warner avait décidée de le retirer provisoirement le temps de le contextualiser1. Les accusations de censure ont alors fusées, alors même que le film – et l’ouvrage dont il découle – sont le produit d’une époque qu’il convient nécessairement d’expliciter aux spectateurs.

Le roman est centré sur le personnage de Scarlett O’Hara, issue d’une famille aisée de planteurs géorgiens qui voit son quotidien bouleversé par le conflit entre Nord et Sud. Entre affirmation d’elle-même, histoire d’amour et fresque historique sur la guerre du point de vue sudiste, Autant en Emporte le Vent est vue par Margaret Mitchell elle même comme un roman « sur la façon dont les habitants de sa région avaient vécu la guerre civile« 2. Dés le départ, le roman est tinté d’une indéniable nostalgie, celle d’un monde où le planteur blanc régnait en maître et où la vie était douce avant l’agression nordiste moralisatrice.

Œuvre culturelle de référence concernant la guerre de Sécession (aussi bien dans sa version filmique que littéraire), Autant en Emporte le Vent véhicule un discours mémoriel d’autant mieux transmis au spectateur qu’il est enveloppé dans une histoire romanesque et romantique. Néanmoins, elle pose un certain nombre de question quant à la véracité de cette image, ainsi que de son appropriation politique.

Une œuvre au service de la Cause Perdue

Défait militairement et sous occupation fédérale à partir de 1865, le Sud remporte assez rapidement une bataille mémorielle. Alors que s’ouvre la période dite de la Reconstruction, celle-ci se fait de manière chaotique. En effet, l’opposition entre le successeur d’Abraham Lincoln, assassiné à la fin de la guerre, le président Andrew Johnson (relativement favorable à une réintégration rapide du Sud dans l’Union) et les Républicains radicaux majoritaires au Congrès mène à une politique disparate et conflictuelle (Johnson faisant face à la première procédure d’impeachment de l’histoire américaine qui échoue de justesse), embarrassée par les populations récemment émancipées3. Rapidement réintégrés dans leurs droits, les Etats du Sud vont passer du statut de traitres à l’Union à celui de victimes de l’agression Yankee.

Les vétérans sudistes livrent une vision plus romantique de leur cause et de leurs combats dans les foyers et les biographies de généraux sudistes deviennent extrêmement populaires, y compris dans les Etats frontaliers entre esclavage et liberté dont le rôle dans le conflit est ambivalent (Missouri, Kentucky…)4. La violence sociétale du Sud (l’esclavage, les lynchages) est peu à peu gommée au profit d’une vision idéalisée et paternaliste parfaitement symbolisée par l’œuvre de Margaret Mitchell et son adaptation qui dépeint la tranquillité d’un Sud ravagé par le Nord.

L’historiographie récente, remet en cause ce caractère binaire de la guerre de Sécession. Le Sud ne correspond pas à la vision fantasmée qu’en livre l’autrice en 1936 alors que le Nord se révèle fortement inégalitaire5. Question centrale de la dissension Nord-Sud, l’esclavage n’est pas la seule source de discorde alors que la guerre doit aussi résoudre la veille question du droit des Etats face au gouvernement fédéral. Perdue par le Sud, la Guerre se rejoue à partir des années 1870 par les visions extrêmement différentes de celle-ci entre l’agression que dénonce le Sud et la guerre juste que reconnaît le Nord.

De ces visions antagonistes de la guerre de Sécession ressort une historiographie elle aussi très changeante et influencée par les sursauts de l’histoire américaine. Le conflit est présenté comme émancipateur pendant les années 1960 et la lutte pour les droits civiques avant que le documentaire événement de Ken Burns en 1990 n’en fasse une épopée nationaliste et que les historiens ne se fassent plus critiques sur son utilité à partir des années 2000.

Ainsi, Autant en Emporte le Vent mérite d’être recontextualisé. Loin d’être une fable américaine intemporelle, elle est le produit de son époque et d’une certaine vision du conflit qui s’inscrit dans une bataille mémorielle encore âpre et que connaît en ce moment un nouveau rebondissement. Indéniablement encore au cœur de la mémoire collective américaine, la guerre de Sécession mérite un traitement culturel rigoureux. Dans ce contexte, le livre de Margaret Mitchell et le film qui en découle apparaissent comme des œuvres critiquables et critiquées avec raison, tant elles sont porteuses d’un discours politique sur le conflit.

1 https://www.ecranlarge.com/films/news/1183098-autant-en-emporte-le-vent-de-retour-sur-hbo-max-le-film-a-t-il-ete-altere

2 Astrid de Larminat, « La Guerre de Sécession, une blessure inguérissable », Le Figaro, jeudi 11 juin 2020.

3 David P. Currie, « The Reconstruction Congress », University of Chicago Law Review, winter 2008, vol. 75, Issue 1, p. 383-495, 113p. Voir aussi, Ryan A. Swanson, « Andrew Johnson and His Governors : An Examination of Failed Reconstruction Leadership », Tennessee Historical Quaterly, vol. 71, n°1, Spring 2012, p. 16-45, 30 p.

4 Christopher Philipps, The Rivers Ran Backward: The Civil War and the Remaking of the American Middle Border, New York, Oxford University Press, 2016.

5 Daniel W. Croft, Tamika Nunley, Christopher Phillips, Matthew E. Stanley, Gregory P. Downs, Edward L. Ayers, Civil War History, Volume 65, Number 4, December 2019, p. 373-404.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.